Le harcèlement scolaire, le dénoncer c’est le combattre

Le harcèlement scolaire, le dénoncer c’est le combattre

L’actualité relate pratiquement tous les jours le harcèlement scolaire subit par de nombreux jeunes adolescents et les réactions parfois insuffisantes des lycées concernés.

La mère d’un adolescent de 17 ans victime de harcèlement scolaire dénonce la réaction insuffisante du lycée Ampère de Vendôme. Pour l’établissement, toutes les précautions nécessaires ont été prises pour réintégrer l’élève. « À son arrivée dans ce nouveau lycée, mon fils a subi du harcèlement de la part d’un élève qu’il ne connaissait de nulle part », raconte Sandra, la maman de Thomas*, 17 ans.

Pourquoi tel jeune est harcelé et tel autre est harceleur. Question d’état d’esprit, d’éducation, de confiance en soi ou tout simplement une situation qui a fait que … En tout cas, le harcèlement scolaire est et a toujours été un véritable fléau qui peut détruire une vie ou influencer les futurs comportements de votre enfant.

Pendant deux mois, Thomas* subit ce harcèlement sans rien dire à ses parents. Jusqu’au mois de novembre où sa mère reçoit un appel de l’infirmerie. « On m’annonce que mon fils s’est volontairement blessé à la main : la veille, il avait mis un coup de poing dans le mur« , témoigne Sandra.

En général, les parents ne s’aperçoivent pas immédiatement que leur enfant est harcelé. C’est une accumulation de faits, d’attitudes et de mots qui peuvent éventuellement donner l’alerte. Où bien, un événement particulier à l’école comme un appel téléphonique qui pourra ouvrir les yeux des parents.

« Le sous-proviseur et l’assistante sociale ont pris cela pour un appel au secours, il a fallu que je vienne le récupérer immédiatement. »

Et l’école n’a pas toujours la solution pour gérer ce type de situation. La réaction est souvent insuffisante et le problème est généralement transféré directement aux parents.

Nous n’avons pas à organiser de confrontation entre les deux familles »
« Nous avons pris toutes les dispositions pour que Thomas* reprenne sa scolarité normalement », s’étonne le proviseur de l’établissement

Un numéro existe pour faire face au harcèlement scolaire et trouver des solutions : le 3020 accueille les jeunes et les parents, victimes ou témoins de harcèlement à l’école.

Source : Article  Auteur : Barbara Gabel

Cet article a 2 commentaires

  1. mariepierre.lescure

    Cet article est le modèle type que l’on peut lire régulièrement dans la presse quotidienne ; Il fait état d’une situation réelle, qui ne se désamorce pas malgré les campagnes de prévention mises en place. La peur s’accroit dans les familles. Pour exemple, j’ai été sollicité récemment par des parents d’enfants en crèches, pour venir faire une conférence sur ce sujet !
    Le traitement du harcèlement scolaire est la priorité de notre association. Notre groupe, composé de psychologues, psychopédagogues, éducateurs …est en mesure de vous proposer un autre regard sur ce « cancer relationnel », afin d’en comprendre le sens et par voie de conséquence, d’agir efficacement sur le problème.
    L’action proposée par Educ’AT est systémique. En effet on considère que « si les témoins ne rient plus, le harcèlement s’arrête ». Il y existe des enseignements à communiquer aux enfants afin qu’ils sachent reconnaitre et gérer leurs émotions, comme la peur et la colère, développer leur attention à l’autre (empathie). D’autre part, nous les accompagnons à installer, au sein des classes, des écoles, des processus de coopération pour repérer et désamorcer les relations de harcèlement, mais aussi pour apprendre, créer ensemble.
    Il est temps de changer de paradigme quand un dispositif ne fonctionne pas !
    Rejoignez l’association pour faire entendre notre voix et notre projet « savoir être et vivre ensemble ».
    Nous croyons en l’avènement d’un monde meilleur qui passera par l’éducation des enfants !

Laisser un commentaire